Les essentiels

Pages

Categories

  • Les dates qui servent à rien


    23 décembre
    1909 Albert Ier devient roi des Belges
    25 novembre
    1970 Mishima se suicide
    17 novembre
    1869 Ouverture du canal de Suez
    4 novembre
    1870 Début du siège de Belfort
    18 octobre
    614 Édit de Clotaire II sur l’administration publique
    22 septembre
    1998 : Publication du Sommeil du monstre d'Enki Bilal.
    14 septembre
    1180 : Bataille d'Ishibashiyama au Japon.
    9 septembre
    1991 : Indépendance du Tadjikistan
    3 septembre
    2009 Ouverture de l'antre nouvelle version \o/
    19 aout
    1942 Tentative de débarquement des Canadiens à Dieppe
    14 aout
    1971 indépendance du Bahreïn.
    22 juillet
    1946 Fondation de l'OMS
    21 juillet
    -356 Incendie du temple d'Artémis
    2 juillet
    1816 naufrage de "la méduse"
    1er juillet
    -53 Auguste tribun a vie
    26 juin
    1918 la grosse bertha bombarde paris
    25 juin
    1967 les beatles : "All you need is love"
    24 juin
    1901 Picasso expose
    20 juin
    450 Attila vaincu en gaule
    19 juin
    1986 Mort de Coluche
    18 juin
    1948 Colombia sort le 33 tours
    17 juin
    1953 insurrection ouvrière a Berlin Est
    16 juin
    1963 La premiere femme dans l'espace
    15 juin
    1844 goodyear met au point le caoutchouc
    14 juin
    1951 UNIVAC le premier ordinateur commercialisé
    13 juin
    1983 pioneer 10 sort du système solaire
    12 Juin
    1963 Sortie de "Cléopatre"
    11 juin
    1644 Toricelli invente le baromètre
    10 juin
    1190 Barberousse meurt noyé
    19 mars
    2007 5ème éclipse solaire partielle du XXIème siècle
    4 mars
    1963 Appendicectomie le Liz Taylor
    3 février
    474 Début du règne de Léon II Le jeune
    1er février
    1954 Appel de l'abbé Pierre

Carbone modifié

Auteur : Richard MORGAN
type : SF/Cyberpunk
Année : 2002 (2003 en France)

Couverture Carbone Modifié

Histoire : 28ème Siècle. L’humanité a progressé, au point de trouver une sorte d’immortalité : on peut digitaliser un être humain. Ainsi numérisé, il suffit de recharger une personnalité dans un nouveau corps, et c’est reparti.
Takeshi Kovacs connaît bien ce processus, il est mort plusieurs fois. Et il est un ancien Diplo, formé à des changements de corps fréquents, aux enquêtes et à diverses techniques de combat.
Sa nouvelle affectation est toutefois particulière : il a été ré-enveloppé sur Terre, le berceau de l’humanité. Et c’est pour enquêter sur la mort de Laurens Bancroft, richissime homme d’affaires. Pour le moment, la police a conclu à un suicide, mais pourquoi se suicider quand 48h plus tard on peut revenir dans un nouveau corps, sa conscience téléchargée ?
Takeshi va donc mener son enquête, à travers les différents groupes d’influences de la terre, dans un monde où la Vraie Mort n’est qu’à une pile corticale près.

Commentaire : Ce livre m’a été conseillé par Whidou alors que je cherchais un nouveau truc à me mettre sous la dent. Un livre de cyberpunk donc, voire post-cyberpunk si on en croit Wikipedia. Pour ceux qui ont la flemme de chercher, le cyberpunk est un genre qui a connu sa grande époque dans les années 80, et qui se caractérise par un monde futuriste, dominé par les corporations (multinationales tentaculaires) et où la cybernétique et le virtuel sont très avancés.

Et pour le coup, parfait exemple de cyberpunk. L’ambiance est assez glauque dans les bas fonds, ce qui fait ressortir les inégalités criantes avec les plus riches. La numérisation des humains est parfaitement intégrée, et du coup le changement logique des mentalités suit. Le personnage de Takeshi Kovacs est plutôt attachant, même s’il souffre un peu du syndrome de superman : plus fort, plus malin, son entraînement fait de lui un être supérieur. Certes, il n’est pas infaillible, au contraire, mais à mon sens il est un peu trop souvent placé au-dessus des autres. Par contre, le personnage est psychologiquement très bien campé, entre son dépaysement, sa vision de la vie en sachant qu’un ré-enveloppement est souvent possible, son rapport à la violence, les traumatismes de sa vie passée…

D’un point de vue scénario, plutôt bien ficelé, les relations entre les personnages sont assez complexes, et le rythme ne s’essouffle pas entre les phases d’enquête et des phases d’action. Et de sexe. Parlons-en justement, puisque le livre est émaillé de scènes de sexe souvent très détaillées. Parfois trop d’ailleurs, car si certaines servent parfaitement l’histoire, d’autres donnent l’impression de se retrouver dans un roman de gare. Ce n’est pas rédhibitoire non plus, mais quelques-unes des scènes m’ont donné l’impression de n’avoir pas grand chose à faire là. Et pas à ce niveau de détail. Dans un sens, cela peut se comprendre vu le monde décrit, et finalement les scènes de violence sont elles aussi fréquentes et tout aussi détaillées, mais moins surprenantes car plus souvent présentes dans les romans du style. Pour ce qui est du style d’écriture, c’est au début un peu déroutant au niveau d’un certain nombre de termes, mais cela complète l’immersion et donne une impression de finition à l’univers, l’ensemble étant parfaitement cohérent. Toutefois, certaines allusions sont quelques peu étranges, et ne trouveront de réelle explication que dans les romans qui suivent (Anges déchus et Furies déchaînées ). Malgré cela, le choix des termes employés laisse entrevoir tout un univers au-delà du roman, ancrant ainsi le récit dans une base plus large. Enfin, chapeau bas à l’idée de la numérisation de l’être humain, et le concept de ré-enveloppement dans un nouveau corps humain, ainsi que les changements que cela peut provoquer. J’ai un peu regretté qu’on ne s’attarde pas trop sur le processus d’obtention des corps, car même si c’est abordé dans les deux autres romans, globalement le lecteur est laissé dans le flou sur ce point.

Globalement, un bon livre donc, à condition d’aimer le genre, sombre, violent et dépravé. Le style est fluide, le rythme soutenu, pas le temps de s’ennuyer, même si le héros est parfois un peu… trop. Un univers complet, homogène, on a plaisir à y suivre les pérégrinations au travers d’une enquête plutôt bien ficelée. A lire 🙂

(Merci à libby pour son travail de correction)

Write a Comment

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Raccourcis & Liens

Recherche

Dernier posts

hello